Hirondelle et les petits Oiseaux (L')


Recueil : I parution en 1668.
Livre : I
Fable : VIII composée de 59 vers.

La Fontaine
001  
002  
003  
004  
005  
006  
007  
008  
009  
010  
011  
012  
013  
014  
015  
016  
017  
018  
019  
020  
021  
022  
023  
024  
025  
026  
027  
028  
029  
030  
031  
032  
033  
034  
035  
036  
037  
038  
039  
040  
041  
042  
043  
044  
045  
046  
047  
048  
049  
050  
051  
052  
053  
054  
055  
056  
057  
058  
059  
Une Hirondelle en ses voyages
Avait beaucoup appris.
Quiconque a beaucoup vu
Peut avoir beaucoup retenu.
Celle-ci prévoyait jusqu'aux moindres orages,
Et devant qu'ils fussent éclos,
Les annonçait aux Matelots.
Il arriva qu'au temps que le chanvre se sème,
Elle vit un manant en couvrir maints sillons.
"Ceci ne me plaît pas, dit-elle aux Oisillons :
Je vous plains ; car pour moi, dans ce péril extrême,
Je saurai m'éloigner, ou vivre en quelque coin.
Voyez-vous cette main qui par les airs chemine ?
Un jour viendra, qui n'est pas loin,
Que ce qu'elle répand sera votre ruine.
De là naîtront engins à vous envelopper,
Et lacets pour vous attraper,
Enfin mainte et mainte machine
Qui causera dans la saison
Votre mort ou votre prison :
Gare la cage ou le chaudron !
C'est pourquoi, leur dit l'Hirondelle,
Mangez ce grain; et croyez-moi. "
Les Oiseaux se moquèrent d'elle :
Ils trouvaient aux champs trop de quoi.
Quand la chènevière fut verte,
L'Hirondelle leur dit : "Arrachez brin à brin
Ce qu'a produit ce maudit grain,
Ou soyez sûrs de votre perte.
- Prophète de malheur, babillarde, dit-on,
Le bel emploi que tu nous donnes !
Il nous faudrait mille personnes
Pour éplucher tout ce canton. "
La chanvre étant tout à fait crue,
L'Hirondelle ajouta : "Ceci ne va pas bien;
Mauvaise graine est tôt venue.
Mais puisque jusqu'ici l'on ne m'a crue en rien,
Dès que vous verrez que la terre
Sera couverte, et qu'à leurs blés
Les gens n'étant plus occupés
Feront aux oisillons la guerre ;
Quand reginglettes et réseaux
Attraperont petits Oiseaux,
Ne volez plus de place en place,
Demeurez au logis, ou changez de climat :
Imitez le Canard, la Grue, et la Bécasse.
Mais vous n'êtes pas en état
De passer, comme nous, les déserts et les ondes,
Ni d'aller chercher d'autres mondes ;
C'est pourquoi vous n'avez qu'un parti qui soit sûr :
C'est de vous renfermer aux trous de quelque mur. "
Les Oisillons, las de l'entendre,
Se mirent à jaser aussi confusément
Que faisaient les Troyens quand la pauvre Cassandre
Ouvrait la bouche seulement.
Il en prit aux uns comme aux autres :
Maint oisillon se vit esclave retenu.
Nous n'écoutons d'instincts que ceux qui sont les nôtres,
Et ne croyons le mal que quand il est venu.
Haut de page

Source Esope, De l'Hirondelle et des autres Oiseaux. - Haudent, De l'héronde et des autres oiseaux, L.I-F. 127.

Remarque :
Pour produire le lin issu de la semence du lin, la terre nourrit la semence. Mais l'hirondelle éveille les craintes de oiseaux. Cette semence, dit-elle, nous menace de mille maux.
- Déterrez ces graines répandues pour notre perte.
La troupe repousse ces sages conseils: elle dénonce ces vaines terreurs. La semence sort de terre, les tiges verdoient. De nouveau l'hirondelle avertit que le danger menace; de nouveau les oiseaux en rient. L'hirondelle fait sa paix avec l'homme; elle habite avec lui; elle le flatte de son doux chant, car les coups prévus frappent d'ordinaire moins rudement. Déjà le lin se moissonne; déjà se font les filets; déjà l'homme prend au piège les oiseaux; déjà conscients de leur faute, les oiseaux s'accusent. Mépriser un conseil salutaire, c'est en suivre un pernicieux; quiconque néglige sa sûreté tombe au piège avec juste raison.

L'hirondelle et les oiseaux. Lorsque le gui vint à pousser, une hirondelle sentit le danger qui menaçait la gent ailée. Aussi rassembla-t-elle tous les oiseaux pour leur conseiller avant tout de couper le gui sur les chênes où il poussait, ou du moins, s'ils ne le pouvaient, de se réfugier auprès des hommes afin de les supplier de ne pas employer à les prendre la glue qu'ils tireraient du gui. Mais les oiseaux se moquèrent d'elle: elle parlait pour ne rien dire. L'hirondelle se rendit donc elle-même en suppliante auprès des hommes qui lui firent bon accueil en raison de son intelligence et la laissèrent même partager leur demeure. Voilà pourquoi les hommes font la chasse aux autres oiseaux et s'en nourrissent, tandis que la seule hirondelle, en vertu de l'asile accordée, niche sans crainte jusque dans leur maison.

La fable montre qu'avec la prévoyance, on évite sans doute tous les dangers (Esope).
Images

370x472
Hirondelle et les petits Oiseaux (L')
Gustave Doré
Illustrateur français (1832-1883)

298x427
Hirondelle et les petits Oiseaux (L')
Jean-Baptiste Oudry
Peintre et graveur français (1686 -1755)

678x340
Hirondelle et les petits Oiseaux (L')
Gustave Doré
Illustrateur français (1832-1883)
EsopeHirondelle et des autres Oiseaux. (De l')


471x367
FableLorsque la saison de semer le lin fut venue, l'Hirondelle voulut persuader aux autres Oiseaux de faire tous leurs efforts pour s'opposer à cette semaille, qui devait leur être si funeste. Les autres Oiseaux se moquèrent de ses conseils, lui disant qu'elle s'alarmait mal à propos. Quand le lin fut prêt à sortir de terre, elle leur conseilla de l'arracher ; ils n'en voulurent rien faire, et ne s'inquiétèrent nullement de ses avis. Lorsque l'Hirondelle vit que le lin commençait à mûrir, elle les exhorta à piller les blés ; mais ils ne s'en mirent pas en peine. L'Hirondelle voyant que ses remontrances étaient inutiles, se sépara des autres Oiseaux, et rechercha le commerce des hommes avec qui elle fit amitié. Depuis ce temps-là elle habite dans les maisons, elle y fait son nid, on l'y laisse vivre en repos, et l'on se sert du lin pour faire des filets, et pour tendre des pièges aux autres Oiseaux.

SensPlusieurs ne se sauroyent conseiller eux mesme, et ne veulent croire à ceux qui leur donnent bon conseil. Mais quand ils sont au milieu du danger et dommagen lors ilz commenent à devenir sages et blasmer leur bestise. Lors ilz ont prou de conseil. Il failloit (disent ilz) faire cecy, et cela. mais il vaut beaucoup mieux estre Prometheus que Epimetheus. C'etoyent deux freres. L'un prenoit conseil avant que besongner, l'aute apres : ce que declaire l'interprétation de leurs noms.